Aller au contenu principal

Valérie Elsig

Honduras, janvier 2014 - février 2015 (Guatemala 2008-09)
Valérie Elsig

Valérie Elsig (1971)

  • Responsable de programme Burkina Faso pour l'ONG Sentinelles, depuis 2016

Après son retour du Honduras - mai 2015

Moment particulier que le retour en Suisse. Moment de transition après 14 mois particulièrement intenses passés au Honduras afin d'initier le projet d'accompagnement PBI Honduras. Confrontation à des conditions de vie très difficiles pour les honduriens, en particulier pour les défenseurs, à des niveaux élevés de violence et à une tension permanente auxquels je ne suis pas habituée en Suisse. De retour sur sol helvétique quel luxe et quel bonheur de savourer le plaisir de pouvoir sortir de chez soi à pied et de pouvoir marcher librement dans n'importe qu'elle direction !

Mise en place du nouveau projet

La tâche d'ouverture de projet a été très variée et chargée pour une équipe initiale de quatre volontaires durant les premiers mois d'installation de la maison-bureau : achat des meubles auprès des menuisiers du marché et dans les magasins de deuxième main, puces incluses (!), voyages exploratoires dans le pays, réunions avec les autorités honduriennes et corps diplomatique afin de faire connaître notre travail, l'organisation du travail interne par consensus, élaboration des documents et formats de travail, rédaction d'articles pour les publications, ainsi que des tâches plus administratives afin d'obtenir l'enregistrement légal de l'organisation sur place ...

Et les accompagnements protecteurs ?

Toutes les activités nous semblaient prioritaires et nécessaires mais bien sûr nous voulions aller sur le terrain et être fonctionnels pour pouvoir accomplir notre mandat d'accompagnement protecteur le plus rapidement possible car cela constitue à la fois une dissuasion des attaques contre les défenseurs et un soutien moral. Nous avons été confrontés à la difficulté de bien connaître le contexte local et à l'impossibilité de répondre à toutes les demandes, à l'heure des choix, mais nous avons eu la satisfaction de pouvoir initier les premiers accompagnements en mai 2014.

Continuer d'accompagner depuis la Suisse

Le plus marquant durant ces quatorze mois passés au Honduras demeure le courage et la détermination dont font preuve les défenseurs qui continuent leur lutte pacifique pour la défense des droits de leur communauté et contre l'injustice, malgré l'impact de leur engagement sur leur vie, sur leur santé et l'inquiétude pour leur famille. Mais ont-ils vraiment le choix, à part l'abandon de leur lutte qui n'est pas vraiment une option? L'accompagnement de PBI prend tout son sens dans ces conditions. Je suis heureuse de voir que le projet de PBI Honduras est sur pied et qu'il permet d'aider les défenseurs à poursuivre leur lutte. Nécessité et envie également à un niveau plus personnel de pouvoir continuer d'accompagner leur travail depuis la Suisse.

Nouveau départ pour le Honduras début 2014

A quelques jours du départ pour le Honduras les sentiments sont mêlés: une impression de déjà-vu liée à la période des préparatifs avant mon départ pour le projet du Guatemala en 2008, l'excitation et l'appréhension face à l'inconnu, la joie de pouvoir apporter mon soutien à des personnes luttant pour la défense de leurs droits ainsi que de leur communauté. L'expérience de cette année au Guatemala m'avait beaucoup marquée de part l'intensité du travail et des échanges humains. C'est la force de cette expérience et l'impact concret bien que modeste de la présence et de l'accompagnement de PBI qui m'ont amenés à être prête aujourd'hui à repartir au Honduras, afin de répondre à une sollicitude d'ouverture de projet au Honduras et à la nécessité d'accompagnement des défenseurs des droits humains honduriens.


Après son retour du Guatemala en 2009

Les forts contrastes et la complexité de la situation au Guatemala m'ont marqués. Face à l'injustice, aux inégalités sociales et discriminations ethniques très présentes, les guatemaltèques réagissent souvent avec fatalisme tout en conservant une gentillesse et une bienveillance à toute épreuve. L'accablement cotoie l'optimisme de tous les jours, l'inertie face à ces injustices contraste avec le courage et la ténacité des défenseurs des droits humains. Complexité de la situation où tous les acteurs sont mélés, les personnes sensées protéger les faibles se retrouvent parfois du côté des opresseurs, la corruption omniprésente amplifiant ce phénomène. Face à ce tableau sombre et à cette complexité le travail de PBI peut apparaître comme une goutte d'eau dans une mare d'injustice. Pourtant ce travail a une valeur inestimable pour les personnes que nous accompagnons. C'est cette image de la solidarité qui fait la différence que je vais conserver de cette année, aussi bien au niveau personnel que collectif.

Membre du Comité du projet Honduras
Publication de la DDC : Latin Brief sur le Honduras
Publication de la DDC : Latin Brief sur le Honduras
Au Honduras, la DDC soutient la réouverture du bureau des Nations Unies pour les droits humains et collabore avec PBI pour la protection des DDH.
Das DEZA-Menschenrechtsprogramm in Honduras: Ein Schutzschild für die Schwächsten
Das DEZA-Menschenrechtsprogramm in Honduras: Ein Schutzschild für die Schwächsten
Die DEZA unterstützt in Honduras die Eröffnung des UN-Menschenrechtsbüros und arbeitet im Bereich Schutz für MRV mit PBI zusammen.
facing PEACE - März 2015
facing PEACE - März 2015

Die Folgen des Goldabbaus in Honduras. Interview mit dem Menschenrechtsanwalt Donald Hernández, der sich für die Rechte der indigenen Bevölkerung im Zusammenhang mit Bergbauprojekten einsetzt. / Eindrücke aus einer brutalen Realität. Valérie Elsig beschreibt zwei Begleitungen, die sie während ihrem Freiwilligeneinsatz in Honduras besonders geprägt haben.

facing PEACE - Mars 2015
facing PEACE - Mars 2015

Le Honduras malade de son or. Interview avec le défenseur des droits humains Donald Herndández. Il s'engage pour les droits des communautés autochtones menacées par des projets d'extraction. / Cascade d'émotions dans une réalité brutale. Valérie Elsig décrit deux accompagnements qui l'ont marquée durant son année d'engagement volontaire au Honduras.