Aller au contenu principal
Costa Rica & Nicaragua

Costa Rica & Nicaragua

Le Nicaragua, deuxième pays le plus pauvre d'Amérique latine, traverse une profonde crise économique et sociale. Cette situation a amené plus de 100'000 personnes à fuir le pays, et plus de 70'000 d'entre elles ont été accueillies au Costa Rica. PBI a alors décidé de lancer un projet temporaire (2019-2021) d'accompagnement des personnes défenseuses des droits humains et organisations nicaraguayennes en exil au Costa Rica. Le projet se focalise, d'une part, sur les conséquences psychologiques du déplacement et, d'autre part, encourage le développement de réseaux et de mécanismes de protection parmi les activistes réfugié∙e∙s en exil. A cet effet, PBI offre notamment des ateliers avec une perspective psychosociale et de genre.

Survol du projet

  • Lieu : San José (Costa Rica)
  • Coordination : 2 personnes à San José
  • Budget total : 258'161 CHF
  • Début du projet: 2019

Situation des droits humains dans le pays

Depuis avril 2018, le Nicaragua connaît des émeutes, notamment causées par l'introduction d'un changement controversé concernant la sécurité sociale. Le plan consiste à augmenter les cotisations des travailleurs∙euses et à réduire simultanément leurs pensions. Cela a déclenché une vague de protestations, qui a violemment été réprimée par le gouvernement du président Ortega, résultant en un triste bilan : des milliers de personnes ont été blessées, des centaines d'autres détenues illégalement, condamnées, torturées ou même tuées. Des ONG internationales ont appelé les autorités nicaraguayennes à cesser leur stratégie de répression envers les manifestant∙e∙s et journalistes, ainsi qu'à rétablir et garantir le droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique.

À cause de la crise, des milliers de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays ou forcées à émigrer. De nombreux∙euses Nicaraguayen∙ne∙s qui se sont exilé∙e∙s au Costa Rica ont vu leur niveau de vie baisser depuis leur arrivée dans le pays. Les personnes de la classe moyenne nicaraguayenne rencontrent des difficultés à se procurer de la nourriture et un toit. Des personnes issues de la classe ouvrière sont même tombées dans la pauvreté. Certain∙e∙s dorment dans la rue ou dans les parcs. De plus, la population costaricaine fait souvent preuve de racisme et de discrimination à leur égard.

Pour plus d'informations: