Aller au contenu principal
Indonésie

Indonésie

De 1999 à 2010, PBI a organisé des accompagnements protecteurs, des ateliers sur la transformation des conflits et la sécurité, ainsi que des réseaux actifs avec des équipes de volontaires en Papouasie, à Aceh, Flores, au Timor-Ouest et à Jakarta. Après des missions d'enquête en 2012 et 2013, un nouveau projet a été réalisé.

En Indonésie, PBI met en œuvre un programme de formation et de protection des défenseurs et défenseuses des droits humains (DDH) en collaboration avec l'organisation indonésienne de défense des droits humains ELSAM depuis 2015. Dans le cadre d'un cours de formation de plusieurs mois, des militant∙e∙s - principalement de Papouasie - sont formé∙e∙s à la documentation des violations des droits humains, au travail de plaidoyer ainsi qu'aux stratégies de protection. De cette façon, les activistes renforcent leur engagement en faveur des droits humains et peuvent mettre en œuvre les compétences qu'ils et elles ont acquises dans les organisations locales dans les régions en conflit.

Survol du projet

  • Lieu : Jakarta
  • Equipe : 3 expert∙e∙s de PBI et 2 collaborateur∙trices d'ELSAM
  • Environ 15 participant∙e∙s par année

Situation des droits humains dans le pays

La situation des DDH en Indonésie est particulièrement dangereuse. Notamment en Papouasie, mais aussi dans d'autres régions comme Kalimantan ou les Moluques, où les activistes font l'objet de nombreuses menaces. Suite à l'annexion controversée de la Papouasie à l'Indonésie en 1963, de nombreux Papous autochtones revendiquent encore l'autodétermination politique et l'indépendance. Ces revendications sont souvent réprimées violemment. De plus, les Papous autochtones sont aussi souvent victimes d'exclusion et de discrimination au sein de la société indonésienne.

La Papouasie est également une destination populaire pour les investissements internationaux et les grands projets économiques. En établissant un grand nombre de plantations d'huile de palme, les violations du droit à la terre et des principes tels que le consentement libre, informé et préalable (FPIC) sont récurrents. De plus, la Papouasie abrite la plus grande mine d'or et de cuivre du monde. De nombreux défenseurs et défenseuses de l'environnement et des droits humains se plaignent des dommages environnementaux massifs causés par la mine et soulignent les violations des droits humains au cours des nombreuses extractions.

Pour plus d'informations: