Aller au contenu principal

Speaking tour virtuel des kenyans Anthony Kimani Mburu et Maryanne Kasina

Speaking tour Kenya
nc

Anthony Kimani Mburu et Maryanne Kasina ont réalisé un Speaking tour virtuel fin novembre pour dénoncer les cas de violences policières et violences basées sur le genre au Kenya. Ils ont eu l'occasion de s'entretenir auprès d'institutions suisses et onusiennes.

Anthony Kimani Mburu est un défenseur kenyan des droits humains, membre du Kiamaiko Social Justice Center et membre du comité de l'article 43 qui lutte pour l'accès aux droits fondamentaux à la terre et au logement. Anthony a fait face à de multiples menaces de la part des forces de l'ordre pour son travail contre la violence policière. En mai, il a été menacé par la police pour son travail exigeant justice dans l'affaire Yasin Moyo, un garçon de 13 ans tué sur son balcon par la police après l'instauration d'un couvre-feu visant à ralentir la propagation de Covid-19. Au moins sept personnes ont été tuées par la police au cours des cinq premières nuits du couvre-feu.

Maryanne Kasina est une défenseuse des droits humains kenyane et cofondatrice du Kayole Social Justice Center qui lutte contre la brutalité policière et les violences sexuelles dans le quartier informel de Kayole à Nairobi. Écrivain et animatrice du mouvement Women in Social Justice Centers au Kenya, Maryanne est elle-même survivante de violences basées sur le genre.

Plaidoirie auprès de l'ONU et du DFAE

Le 26 novembre les deux activistes accompagnés des responsables de plaidoyer de PBI Suisse et PBI Kenya, ainsi que d'un responsable de projet de PBI Kenya, se sont entretenus avec les bureaux des procédures spéciales onusiennes sur les thèmes suivants: violence contre les femmes, tortures, disparitions forcées, extrême pauvreté, droit à un logement convenable, et défenseurs des droits humains. 

Le même jour, les deux activistes kenyans se sont également entretenus avec une représentante de la Division Sécurité Humaine du DFAE et une représentante de l'ambassade suisse à Nairobi sur les conséquences de Covid-19 et les mesures gouvernementales pour combattre la pandémie sur les droits humains des populations dans les quartiers informels de Nairobi, ainsi que sur des cas d'exécutions extrajudiciaires, de disparitions forcées et de répression policière lors de manifestations. 

Disparitions forcées et grossesses adolescentes en hausse 

Lors d'un entretien pour le journal Le Courrier, le défenseur Anthony Kimani Mburu témoigne comment la violence extrême et les rackets commis par la police au Kenya ont poussé les habitants de bidonvilles à s’organiser collectivement pour la justice sociale. 

Maryanne Kasina explique dans un podcast pour la radio zurichoise Stadtfilter qu'au Kenya, les femmes et les filles n'ont parfois pas d'autre choix que de se prostituer pour pouvoir acheter des produits d'hygiène. Dans un entretien avec PBI Suisse, elle raconte comment le Kayole Social Justice Center s'efforce à informer un public de tout genre et tout âge sur le thème tabou des menstruations et les droits reproductifs afin de réduire la stigmatisation.

Plus d'informations: