Aller au contenu principal

PBI dans les médias

Les Brigades de paix, gardiens des droits humains
Depuis 30 ans, les Brigades de paix internationales offrent une protection aux défenseurs des droits humains dans les zones à risques de la planète. La présence sur place de l’ONG encourage le travail de ceux qui risquent leur vie pour dénoncer les violations et l’impunité.
AutorIn: Luigi Jorio
Sans les Brigades de paix, je serais mort
Interview pour le Courrier avec le Padre Uvi de Oaxaca lors de sa visite en Suisse en octobre 2011. Il explique les dangers auxquels il est exposé dans son travail de défense des droits de l'homme.
AutorIn: Pauline Cancela
Les brigades de paix ou l'art de la dissuasion
Depuis 30 ans, Peace brigades International déploie une présence protectrice autour des défenseurs des droits de l’homme.
Au Mexique, un écotourisme brutal
MEXIQUE - Peace Watch Switzerland et Peace Brigades International se penchent sur la question du "Tourisme et droits humains au Mexique".
Oaxaca: la revanche dans les urnes?
MEXIQUE - Trois ans après l'écrasement de l'Assemblée populaire, l'Etat de droit demeure un mirage à Oaxaca, prévient Alba Cruz. Qui mise sur le scrutin de juillet. Oaxaca entrevoit-il la fin du potentat d'Ulises Ruiz?
AutorIn: Benito Perez
Un rempart contre la violence

Engagement. Durant un an, Irène Collaud, de Saint-Aubin, a assuré la sécurité des militants colombiens des droits de l'homme par sa seule présence à leurs côtés. Une expérience riche en multiples enseignements qu'elle raconte avec passion.

AutorIn: Danièle Pittet
«A Bogota, c'est dans les yeux des victimes qu'on voit la peur»
SAINT-AUBIN • Après un an en Colombie comme militante pour les droits de l’homme,Irène Collaud est de retour dans la Broye.Rencontre.
AutorIn: Jean-Marie Pellaux
L'aventure humaine d'une Lausannoise en Colombie
Après l'obtention de son bachelor en sciences politiques, la Lausannoise Irène Collaud est partie une année dans ce pays en conflit pour mettre ses connaissances au service des droits humains.
AutorIn: Fabio Bonavita
«Après trente ans de politique vaudoise, il s’en va défendre les droits humains au Guatemala»
Jean-Jacques Ambresin, député au Grand Conseil durant trois décennies et ancien municipal renanais, rejoint les Brigades internationales de la paix.
AutorIn: G. CO.
Interview Nadia Akmoun. Mont-sur-Rolle - Carnet de bord

La jeune Nadia Akmoun, partie le 14 septembre en Colombie avec l’ONG Peace Brigades International, évoque ses premières impressions.

AutorIn: Sophie Roselli
Coup d'état royal au Népal, un pays qui se meurt
Le 1er février, le roi Gyanendra décrétait l'état d'urgence et dissolvait le gouvernement jugé incapable de venir à bout de la rébellion maoïste. Il déclarait qu'il assumerait les pleins pouvoirs pendant trois ans et lançait un ultimatum à la rébellion: négociations de paix ou… des conséquences graves, lisez la guerre totale.
AutorIn: Sylvie Graenicher
Tsunami & violence politique: la guerre cachée d’Aceh
Aceh. Il aura fallu un tsunami et 100000 morts pour que le monde connaisse le nom de cette région. Pourtant, bien avant le tsunami, cette région située au nord de l’île de Sumatra comptait déjà ses morts par milliers et ses fosses communes par centaines… C’est l’histoire d’une guerre cachée.
AutorIn: Sylvie Graenicher
Un an à côté des Papous
En septembre 2005, Jonas Ottiger quittait Les Paccots pour la Papouasie. Pendant un an, il y a travaillé comme volon- taire dans le cadre d’un projet des Brigades internationales pour la paix. De retour au pays, il raconte son engagement en faveur des droits de l’homme. Et rêve de repartir. Pour un projet plus personnel, en Indonésie cette fois.
AutorIn: Marie-Paule Angel
Exposition «Face à la paix - facing peace» au péristyle de l’Hôtel de Ville
Les Brigades de paix internationales en huit portraits une exposition de photographies présentant huit des soixante volontaires suisses qui se sont engagés au sein de l’ONG depuis sa création pour défendre pacifiquement la paix. Faisant écho aux images, des textes racontent ce qu’ils ont retiré de leur vécu sur le terrain. «Face à la paix - facing peace» est à voir du 22 au 31 mai 2007, au péristyle de l’Hôtel de Ville.
Ecologiste au Guatemala, un boulot dangereux
RÉPRESSION • A l’image d’Eloyda Mejía, Peace Brigades International accompagne plusieurs activistes guatémaltèques menacés. Dix ans après la fin de la guerre civile, l’organisation est débordée.
AutorIn: Simone Petite
Theo et le combat des Droits de l’homme
Dans ce climat de répression, où très peu d’organisations internationales sont présentes (à Wamena nous sommes les seuls à part les missionnaires), la défense des Droits de l’homme est une vocation délicate voire dangereuse. Peu s’y risquent, et en général de manière plutôt individuelle que par le biais d’organisations, trop voyantes. Theo, par exemple, a ce métier dans le sang. A chaque fois qu’une violation des Droits de l’homme est perpétrée par la police ou les militaires, il se rend sur place, interroge les témoins et les victimes à qui il offre de l’assistance, rend visite au chef de la police ou au commandant de bataillon pour éclaircir l’affaire, fait son possible pour que les coupables soient identifiés et punis.
AutorIn: Jonas Ottiger, volontaire de PBI en Papouasie
Une Lausannoise raconte la Colombie, entre guerre et paix
Anouk Henri a vécu au coeur du conflit dans un village engagé pour la paix. Et a participé au tournage d'un documentaire, «Hasta la última piedra» (Jusqu’à la dernière pierre), visible demain à Nyon.
AutorIn: Martine Clerc
Le courage au service du pacifisme
«Par la menace que représentait mon engagement, j'ai reçu un accompagnement protecteur de Peace Brigades International (PBI). Cela m'a sauvé la vie.» Eloyda Mejía Samayoa s'engage pour la protection du lac Isabal au Guatemala et contre l'exploitation de mines. Ses démonstrations ont mis sa vie en danger depuis 2004.
AutorIn: Odile Cuenoud
Les Brigades de paix internationales
Vous n’avez peut-être pas encore entendu parler des Brigades de paix internationales (Peace Brigades International) mais pourtant c’est une organisation qui fait un travail exceptionnel et qui méritait d’être présentée dans nos pages. Cette organisation non gouvernementale est engagée depuis 1981, année de sa fondation au Canada, pour la protection des droits humains et la promotion de la résolution non-violente de conflits dans le monde entier. Reconnue par l’ONU, l’organisation collabore avec Amnesty International, Human Rights Watch, International Alert et l’UNHCR.
AutorIn: Katia Margraf
Une volontaire de PBI engagée pour les droits humains au Guatemala
Depuis le 1er avril dernier, Katia Aeby a posé sa valise au Guatemala, où elle a intégré l’équipe de volontaires de PBI, Brigades de paix internationales, une organisation non gouvernementale qui promeut la non-violence afin de résoudre les difficultés encourues par des pays en conflit. Rencontre avec la fribourgeoise Katia Aeby.
AutorIn: Mireille Jaccard