Aller au contenu principal

Franklin Almendares: Une vie dédiée aux droits fonciers au Honduras

Franklin Almendares: Une vie dédiée aux droits fonciers au Honduras

En novembre dernier, nous avons reçu la visite du leader paysan hondurien Franklin Almendares. Déjà enfant, il participait avec son père aux activités du mouvement paysan. À aujourd'hui 46 ans, il est secrétaire général de l'organisation nationale CNTC, parfois au péril de sa vie. Nous jetons un regard rétrospectif sur son impressionnant parcours, qui est étroitement lié à la politique agricole du pays, elle-même hautement contestée.

En 1970, la communauté paysanne de Franklin Almendares a récupéré ses terres dans le département de Francisco Morazán, à une heure de la capitale Tegucigalpa. Comme beaucoup d'autres communautés, elle a obtenu la restitution de ses terres des mains de grands propriétaires terriens en vertu de la loi de la réforme agraire de 1962. « Cependant, 49 ans plus tard, la communauté n'a toujours pas de certificat de propriété parce que les autorités dressent chaque fois de nouveaux obstacles », dit Almendares. « C'est l'injustice que j'ai ressentie dès mon enfance qui m'a poussé à m'engager. J'ai vu les gens être persécutés parce qu'ils avaient récupéré leurs terres, comment ils avaient disparu et été emprisonnés de force. C'était cruel », se souvient le paysan.

« Je suis allé à la campagne et j'ai vu l’oppression »

Lorsqu'en 1985 l'organisation CNTC (Central Nacional de Trabajadores del Campo) a été fondée au niveau national par, entre autres, son père Cosme Almendares, cela a motivé Franklin à y devenir lui-même actif. Il a commencé comme secrétaire de son groupe d’agriculteurs à l’âge de 16 ans, en était vice-président à 18 ans et à 20 ans il devenait membre de la structure régionale du département Francisco Morazán. « A cette époque, j'étais impliqué dans des processus de restitution des terres, je suis allé à la campagne et j'ai vu l'oppression, j'ai vu comment les propriétaires terriens venaient à dos de mulet et à cheval avec leurs pistolets pour chasser les agricultrices et agriculteurs. Ils ont tué et emprisonné des gens ».

La situation des familles de petits agriculteurs s'est aggravée à partir de 1992, parce que le gouvernement a abrogé la loi sur la réforme agraire cette année-là. Le gouvernement a également accordé de plus en plus de terres à des sociétés transnationales. « En ces temps-là, je me battais depuis la base, jusqu’à ce que j'assume en 2007 la coordination de la CNTC au niveau régional à Francisco Morazán. En 2008, le décret sur l'expropriation forcée a été adopté, ce qui a relancé la réforme agraire et permis l'expropriation des grands propriétaires terriens. Sous le gouvernement de Manuel Zelaya, 272 communautés ont reçu des certificats fonciers, un succès », raconte le leader paysan. 

Toutefois, la réaction des élites ne s'est pas faite attendre longtemps. Avec le coup d'État de 2009, qui a chassé par la force le président Zelaya du pouvoir, elles ont également abrogé ce décret en faveur des petits agricultrices et agriculteurs. En 2013, Almendares a finalement pris ses fonctions de Secrétaire Général de la CNTC au niveau national. A ce titre, il est confronté aux demandes légales quant aux titres fonciers des communautés paysannes : « Il m'a été très difficile de voir combien d’agricultrices et agriculteurs ont entrepris le processus et que plus de 40% des demandes concernant les terres sont restées dans les tiroirs des autorités ou ont été déclarées nulles », poursuit Almendares.

Une protection améliorée pour Franklin Almendares et la CNTC

Au cours des 18 derniers mois, la voiture d’Almendares a été attaquée trois fois. Depuis 2018, PBI accompagne le leader paysan et l'organisation CNTC, ce qui a quelque peu désamorcé la situation sécuritaire. Malgré les grands risques liés à son travail, l'activiste ne peut pas imaginer une autre vie : « Je ne peux pas me retirer. Sur la terre que nous voulons légaliser en tant que communauté se dresse ma maison et nous y cultivons. Cela nous apporte un revenu pour que mes enfants puissent aller à l'école et manger ». PBI espère que le Speaking Tour de Franklin Almendares et Nora Ramírez à travers l’Europe contribuera à améliorer la protection des membres de la CNTC.

Plus d'informations: