Aller au contenu principal

Suisse/Honduras : Dina Meza rencontre des collégiens fribourgeois

Suisse/Honduras : Dina Meza rencontre des collégiens fribourgeois
AT

Dina Meza, journaliste hondurienne indépendante, de passage en Suisse du 5 au 9 décembre 2015, a rencontré les étudiants de deux classes d’espagnol du Collège Saint Michel à Fribourg. C’est avec un intérêt marqué que les élèves l’ont écoutée parler des atteintes à la liberté d’expression commises au Honduras, posant ensuite de nombreuses questions.

Les Fribourgeois ont également expliqué à Dina Meza qu’en Suisse, le droit à la liberté d’expression n’est pas limité à moins qu’il ne s’agisse de propos racistes. Au Honduras, la situation est tout autre : depuis le coup d’Etat de 2009, 54 journalistes furent assassinés en raison de leurs propos hostiles au régime ou de rapports recensant des atteintes aux droits humains.

Répression de la protestation étudiante

Alors que dans les écoles et universités helvétiques, les étudiants sont encouragés à participer, il est encore difficile aujourd’hui pour leurs homologues honduriens d’exprimer leurs opinions librement. Dina Meza raconte l’histoire d’un étudiant qui a été suspendu à cause de ses protestations – pacifiques au demeurant – contre les mesures prises par la direction de l’université. Aux côtés d’autres activistes des droits humains et d’avocats, la journaliste est parvenue à réduire la sanction afin de permettre à l’étudiant de suivre ses derniers cours à l’Université nationale autonome du Honduras (UNAH).Toutefois, en juillet 2015, trois étudiants de ce même établissement furent nouvellement mis en cause par la rectrice en raison de leur revendications lors d'une manifestation.

Menaces à l’encontre de Dina Meza

La journaliste subit elle aussi des menaces : des hommes armés surveillent dans sa maison, des menaces d’ordre sexuel par téléphone, sa voiture sabotée et propos diffamatoires sur son profil Facebook. Tout cela afin de la faire taire et de détruire sa crédibilité, précise Dina qui rajoute que le pire sont surtout les menaces envers sa famille. Durant sa visite en Suisse, elle se dit rassurée que PBI Honduras veille sur sa famille restée sur place en son absence. Malgré ces menaces, Dina Meza continue son combat avec courage. Elle a notamment fondé le portail en ligne Pasos de animales grande, plateforme d’échange d’informations sur laquelle, en outre, les victimes de violations de droits humains peuvent témoigner.