Aller au contenu principal

Volontaire du mois: Claudia Marti

volontaire du mois: Claudia Marti
IA

Dans le cadre du 40e anniversaire de PBI, nous présentons chaque mois un∙e ancien∙ne volontaire. Ce mois-ci, c'est au tour de Claudia Marti, qui était en mission en Colombie de 2001 à 2002 et qui a ensuite travaillé au sein de PBI Suisse comme coordinatrice.

Courte biographie

Claudia Marti a étudié l'histoire à l'Université de Zurich et a été en mission avec PBI en Colombie de 2001 à 2002. À son retour, elle a travaillé pendant un an comme coordinatrice de PBI Suisse et, en 2004, elle a effectué une autre mission à l'étranger en tant qu'experte de la paix auprès du Service allemand de développement au Guatemala. Elle a ensuite travaillé en tant que Human Security Advisor pour la division Sécurité humaine (DSH) du DFAE pendant quatre ans à Bogota puis pendant un an et demi en Libye. Ce poste a été suivi d'autres postes au DFAE de 2013 à 2021, notamment en tant que chargée de programme pour l'Afrique du Nord, cheffe de la section Politique de paix Moyen-Orient/Afrique du Nord et chargée de programme Colombie. Depuis février 2021, Claudia Marti travaille comme conseillère en matière de paix et de développement pour le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à La Paz, en Bolivie.

Quel élément de ton engagement avec PBI t'as le plus marquée?

Le courage des défenseurs∙euses et leur volonté de tout donner pour les droits humains et la paix dans le pays. Le fait que, malgré tout, ils pouvaient toujours être très heureux et célébrer la vie. La gratitude qu'ils ont éprouvée envers toutes celles et tous ceux qui soutiennent la cause des droits humains et de la paix.

Est-ce qu'il y a eu, lors de ton volontariat, une expérience particulière que tu souhaiterais partager avec nous?

J'ai vécu de très nombreuses expériences impressionnantes au cours de ma mission et j'en ai fait état lors de nombreuses conférences. Par exemple, la peur tangible des gens lors d'une manifestation contre les violations des droits humains à Barrancabermeja m'a impressionnée. J'ai aussi constaté que même les petits-enfants de personnes disparues souffrent encore des conséquences de ce crime, bien qu'ils n'aient jamais pu rencontrer la personne disparue.

Quels conseils prodiguerais-tu aux personnes intéressées par un volontariat au sein de PBI?

Voir la mission comme une grande opportunité de contribuer aux droits humains et de connaître la situation d'un pays au-delà des gros titres.

Plus d'informations: