Aller au contenu principal

Retour de la volontaire Sophie Helle: Rencontre lors d’un atelier scolaire

la volontaire Sophie Helle lors d’un atelier scolaire

À peine rentrée en Suisse après une mission de 18 mois en Colombie, Sophie Helle a pris part et animé un atelier sur l’accompagnement de PBI. L’événement s’est déroulé le 10 décembre dernier, à l’occasion de la Journée internationale des droits humains, dans le cadre d’une matinée de sensibilisation aux droits humains au Collège du Sud à Bulle.

PBI a dirigé deux des dix ateliers proposés. Le premier portait sur les exécutions extra-judiciaires dans les banlieues de Nairobi au Kenya et était facilité par Samuel Kiriro, un défenseur kenyan, et Johan Jaquet, ancien volontaire et membre du Comité de PBI Suisse. Le deuxième atelier, présenté par l’ancienne volontaire Sophie Helle, traitait de l’accompagnement et la protection des défenseurs des droits humains en Colombie.

Dans la première partie de la matinée, les élèves ont passé en revue la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) et ont discuté des 30 différents articles qui la composent. Puis, à travers son témoignage, Sophie a offert un aperçu du travail d’accompagnement par des volontaires internationaux en zone de conflit ainsi que de la problématique des droits humains en Colombie. La matinée s’est finalement close par une table ronde et une mise en commun des discussions qui se sont déroulées dans les différentes classes.

Dans son atelier, Sophie a pu partager son expérience sur le terrain, tout en insistant sur la non-ingérence de PBI et l’opportunité d’accompagner des acteurs locaux. Afin d’illustrer son travail en tant que volontaire, elle a présenté le cas d’un accompagnement pendant une manifestation lors de la journée des droits des femmes. Elle a expliqué que les manifestant·e·s en Colombie sont rapidement stigmatisé·e·s et encourent de hauts risques, comme des arrestations arbitraires ou des inculpations infondées pour liens avec la guérilla.  

Par rapport à d'autres formes d'engagement à l'étranger, Sophie a partagé qu'elle valorise particulièrement l'approche de PBI, «qui me permettait de mieux comprendre comment cela fonctionnait ailleurs, sans générer un impact négatif sur les relations Nord-Sud».

Plus d'informations: