Aller au contenu principal

Honduras : ACI PARTICIPA condamne la violence manifestée à l'encontre de la DDH Hedme Castro et de sa famille

Honduras : ACI PARTICIPA condamne la violence manifestée à l'encontre de la DDH Hedme Castro et de sa famille
mp

Le 6 avril dernier, des policiers ont lancé des bombes lacrymogènes sur plusieurs membres de la famille de la défenseuse des droits humains Hedme Castro. Parmi les victimes figurait sa mère, âgée de 90 ans, qui souffre de problèmes de santé.

Selon un communiqué de presse publié par l'Association pour la citoyenneté participative (ACI PARTICIPA), des membres de la police nationale ont lancé, le 6 avril 2019, des bombes lacrymogènes dans le district de La Libertad à Choluteca, au sud du Honduras, sans raison apparente. Ces bombes ont été lancées directement sur Julia Vargas, une femme de 90 ans à la mobilité réduite qui souffre également de problèmes de santé. Julia Vargas est la mère de Hedme Castro, coordinatrice de l'ACI PARTICIPA. La militante s'était rendue à Genève en mars 2018 pour la 37e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

Des membres de la police de Choluteca ont également lancé d'autres bombes lacrymogènes dans les locaux de Metro TV, pour laquelle travaille la journaliste Elizabeth de López, une autre des filles de Julia Vargas. Le même jour, la police a aussi lancé, de façon arbitraire, des bombes lacrymogènes sur un terrain de football où des enfants, des personnes âgées et des femmes enceintes étaient présent-e-s.

Dans son communiqué de presse, ACI PARTICIPA condamne fermement les actions de la police. L'organisation soupçonne que celles-ci ont pour but des mesures de rétorsion et de dissuasion contre Hedme Castro et ACI PARTICIPA. L'association enquête, documente et dénonce les violations des droits humains commises par la police à l'encontre de la population qui manifeste contre le gouvernement du Président Juan Orlando Hernández.  

ACI PARTICIPA appelle les Nations Unies à prendre des mesures pour que l'utilisation illégale et injustifiée de bombes lacrymogènes par la police fasse l'objet d'une enquête par le ministère public hondurien.