Aller au contenu principal

Guatemala : Condamnation de l’ancien soldat Santos López Alonzo

Guatemala : Condamnation de l’ancien chef militaire Santos López Alonzo
mp

L’ancien soldat Santos López Alonzo a été condamné, en novembre dernier, à 5160 ans de prison par un tribunal guatémaltèque pour son rôle dans le massacre de Dos Erres ayant eu lieu le 7 décembre 1982. Santos López Alonzo, alors membre d’un corps d’élite de l’armée baptisé « les Kaibiles », était jugé pour crimes contre l’humanité ainsi que pour le meurtre de 171 personnes.

Avec ses 201 victimes, pour la plupart des femmes et des enfants, le massacre du village de Dos Erres dans le département du Petén, au nord du Guatemala, est l’un des moments les plus sombres de la guerre civile au Guatemala.

Suite à la perte de plusieurs fusils lors d’un affrontement avec la guérilla, l’armée accuse les habitants de Dos Erres de détenir ces armes et de sympathiser avec l’ennemi. Dans la nuit du 6 décembre 1982, les membres des Kaibiles, un corps d’élite de l’armée, débutent alors une investigation pour retrouver ces armes. Rapidement, cette investigation se transforme en un massacre des habitants de la communauté durant lequel plusieurs femmes et filles sont violées avant d’être tuées.

« Un autre pas important » pour la justice transitionnelle au Guatemala

L’Office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) s’est dit satisfait par la condamnation de Santos López Alonzo en déclarant qu’il était « très important que l’ État du Guatemala continue ses efforts pour investiguer et traduire en justice ceux qui ont commis ces crimes et que les victimes aient accès à la réparation, à la justice et à la vérité ».

Si, pour le HCDH, cette condamnation représente un pas dans la bonne direction, les responsables et les auteurs de ces massacres ont pendant longtemps bénéficié d’une impunité. En effet, il aura fallu attendre novembre 2004 pour que la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) ordonne aux autorités guatémaltèques de juger les responsables de ces massacres et mars 2012 pour que cinq paramilitaires soient condamnés pour leurs crimes.

Un bel hommage rendu aux victimes

Les 5160 années de prison imposées à Santos López Alonzo représentent une symbolique forte pour les victimes du massacre de Dos Erres: pour le meurtre de chacun des membres de la communauté, Santos López Alonzo était condamné à 30 ans de prison. Une belle façon de rendre hommage aux victimes alors que la peine maximale formelle est de 50 ans au Guatemala.

De plus, le tribunal a également souhaité que le 7 décembre devienne désormais un jour national pour la commémoration des victimes. Le tribunal a aussi demandé  "à la Municipalité de Las Cruces, Petén, de réaliser un acte public pour la commémoration des victimes du massacre ainsi qu'au Ministère de la santé d'accorder une aide physique et psychologique aux survivants".

Une guerre civile dramatique pour les populations mayas

La guerre civile au Guatemala, qui s’est déroulée de 1960 à 1996, a fait plus de 200 000 victimes. Elle a vu l’arrivée au pouvoir des généraux Romeo Lucas Garcia (1978-1982) et Efrain Rìos Montt (1982-1983) qui ont mis en œuvre une politique anti-insurrectionnelle contre la guérilla marxiste. Cette politique, également appelée la politique de la « terre brûlée », a causé le massacre et la destruction de 626 villages mayas et le déplacement de plus de 1,5 million de personnes.

Pour plus d'informations:

Sur le même sujet: