Aller au contenu principal

Kenya: s’engager pour les droits des femmes pendant la pandémie

Kenya: S’engager pour les droits des femmes pendant la pandémie

La pandémie de Covid-19 frappe particulièrement les personnes les plus vulnérables. Dans les quartiers informels de Nairobi, où les gens n'ont pratiquement pas accès aux services de santé, les défis sont considérables. L'exemple d'Editar Ochieng montre à quel point le rôle des défenseurs∙euses des droits humains est important en ce moment.

Une des conséquences les plus importantes de la pandémie est la perte de plus de 1,7 million d'emplois dans les quartiers informels du Kenya. D’innombrables familles doivent donc se battre pour survivre. Le droit à la santé ne peut pas être garanti non seulement à cause d'un accès insuffisant aux établissements de santé publique, mais également à cause du manque d'accès à l'eau. La majorité de la population vivant dans les quartiers informels est laissée à elle-même.

Les défenseurs∙euses des droits humains accompagné∙e∙s par PBI ne sont néanmoins pas découragé∙e∙s par ces circonstances difficiles. Editar Ochieng, du quartier informel de Kibera à Nairobi, déclare:

«Je suis née et j'ai grandi à Kibera ; c'est un privilège, mais aussi une lutte constante. La vie à Kibera est difficile et nous vivons dans la pauvreté. Toutefois, cet endroit rend une femme forte. Je pense que je suis forte aujourd'hui justement parce que j'ai grandi à Kibera.» – EDITAR OCHIENG, défenseuse des droits humains

Pendant la crise de Covid-19, les personnes défenseuses des droits humains soutenues par PBI ont fait preuve de beaucoup de force et de courage. Elles se sont peu à peu chargées de couvrir les besoins sanitaires de base en achetant des produits d'hygiène, en distribuant de l'eau et en sensibilisant la communauté aux mesures contre le Covid-19. Editar Ochieng s'inquiète également de l'augmentation de la violence sexuelle et basée sur le genre, ainsi que de l’accroissement des cas de grossesses d'adolescentes. Avec d’autres défenseurs∙euses, elle s'efforce de faire en sorte que les filles et les jeunes femmes soient informées de leurs droits, également pendant la pandémie afin qu'elles puissent faire des choix éclairés en matière de santé sexuelle et reproductive.

PBI soutient l'engagement des défenseurs·euses des droits humains comme Editar Ochieng qui travaillent sans relâche pour les personnes les plus vulnérables afin que leurs droits soient protégés même en période de pandémie.

Soutenez-nous afin que nous puissions continuer à protéger les défenseurs et défenseuses des droits humains au Kenya, au Mexique, au Guatemala, au Honduras, en Colombie, au Nicaragua, en Indonésie et au Népal.