Aller au contenu principal

Projection du documentaire «Las Sobrevivientes, Olvidadas por la Justicia» avec la réalisatrice

PBI présente, en collaboration avec l'ambassade de Suisse au Mexique et la Ville de Genève, le documentaire «Las Sobrevivientes, Olvidadas por la Justicia» en présence de sa réalisatrice, la journaliste mexicaine Gloria Piña, et de Juliana Fanjul.

Las Sobrevivientes, Olvidadas por la Justicia

Venez découvrir le documentaire «Las Sobrevivientes, Olvidadas por la Justicia» (2021, 27', VOST anglais) dénonçant le manque d'accès à la justice au Mexique pour les femmes victimes de violences et de féminicides. La projection sera suivie d'une discussion avec la réalisatrice du film Gloria Piña, journaliste d'investigation et documentariste à Mexico, et sera modérée par la cinéaste Juliana Fanjul. L'Ambassadeur de la Suisse au Mexique adressera un message d'introduction par vidéo. > flyer de l'événement

  • Cet événement est proposé en collaboration avec l'ambassade de Suisse au Mexique et avec le soutien de la Ville de Genève.
  • La discussion sera en espagnol avec une interprétation consécutive ou chuchotée en français.
  • Entrée libre - collecte au chapeau après le film.
  • L'événement se terminera par un apéritif.
  • Inscriptions: merci de vous inscrire afin de faciliter l'organisation!  

Plus d'infos sur le documentaire

Sur les 1,7 million d'agressions violentes contre les femmes enregistrées au cours des huit dernières années au Mexique, seuls 781 cas ont été jugés comme des tentatives de féminicide, soit 0,04%. Le reste est classé dans la catégorie des coups et blessures ou de la violence domestique.

Les bureaux des procureurs de tout le pays ont ouvert en moyenne 595 enquêtes par jour pour coups, brûlures, strangulation, blessure avec des armes blanches ou des armes à feu contre des femmes, soit plus de 1,7 million au total. Cependant, au cours de la même période, seuls 781 dossiers d'enquête ont été ouverts pour des tentatives de féminicide.

Sur ces presque deux millions d'enquêtes, on ne sait pas combien de cas de violence extrême qui ont fait l'objet d'un procès pour blessures ou violence domestique auraient dû être classés comme tentatives de féminicide. Les spécialistes consultés dans le cadre de cette enquête soulignent qu'il existe des cas qui auraient dû être classés dans cette catégorie, mais qui ne l'ont pas été en raison de l'absence d'une perspective de genre dans l'administration de la justice.

Avec la formulation de plus de 1'200 demandes d'accès à l'information auprès des bureaux des procureurs et des tribunaux des 32 états du pays, cette investigation met en lumière les difficultés rencontrées par les femmes ayant survécu à une tentative de féminicide pour accéder à la justice.

Date et lieu

Jeudi, 1 juin 2023  18:30 - 20:00 heure
Fonction:cinéma
Maison des Arts du Grütli
16, rue du Général Dufour
1204 Genève

Liens