Aller au contenu principal

Situation alarmante concernant les attaques à l'encontre de la communauté LGBTIQ+ au Honduras

Situation alaramante concernant les attaques à l'encontre de la communauté LGBTQI+ au Honduras
EG

PBI est très préoccupée par la situation d'extrême vulnérabilité à laquelle est confrontée la communauté trans au Honduras et en particulier le collectif de femmes trans Muñecas de l’association LGBT Arcoíris accompagnée par PBI depuis 2015.

Récente tentative d'assassinat en janvier

La communauté LGBTIQ+, et particulièrement les personnes trans, se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité au Honduras. Le 20 janvier dernier, la défenseuse des droits des trans et membre d'Arcoíris Paola Flores, ainsi qu'Arianna Michelle Díaz Gómez de l'association des droits des trans de Cozumel, se rendaient en taxi à leur domicile de Tegucigalpa lorsqu'elles ont été suivies par deux inconnus à moto. Décidant alors de s'arrêter, elles sont sorties du taxi et se sont fait tirer dessus à de multiples reprises. Paola a été atteinte d'une balle dans la jambe droite, tandis qu'Arianna Michelle Díaz Gómez a réussi à s'échapper indemne.

Depuis le meurtre de l'activiste trans Bessy Ferrera et la tentative de meurtre de Vicky Caravajal en juillet 2019, Arcoiris a enregistré au moins 15 attaques contre la communauté LGBTIQ+ : intimidations, menaces, surveillance, et parfois même attaques physiques et tentatives de meurtre.

Une protection insuffisante

Bien que le collectif Muñecas dispose de mesures protectives grâce au mécanisme national de protection, il a vu le nombre d’incidents sécuritaires augmenter ces six derniers mois. Il faut dire que le contexte socio-culturel hondurien reste fortement discriminatoire et hostile envers les personnes LGBTIQ+. En effet, le pays ne possède aucune loi nationale pour protéger les membres de la communauté LGBTQI+ et n’incorpore pas non plus les résolutions onusiennes visant à lutter contre les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre.

Selon le Cattrachas Lesbian Network Observatory, au moins 350 personnes LGBTIQ+ ont été tuées au Honduras entre 2009 et 2019, dont 111 étaient transgenres. La situation est d’autant plus alarmante que les autorités n’investiguent généralement pas ces cas et que le taux d’impunité concernant ces crimes s’élève à 95%.

 

*Note: Exceptionnellement, nous avons décidé d'employer la grammaire inclusive dans cet article afin d'être en accord avec la thématique LGBTIQ+ . 

Plus d'informations: