Aller au contenu principal

Interview à la RTS: Yannick Wild parle de la situation des migrants au Honduras

Interview à la RTS: Yannick Wild parle de la situation des migrants honduriens
mp

Yannick Wild, ancien volontaire au sein de PBI Suisse, est parti un an au Honduras aux côtés des défenseuses et défenseurs des droits humains menacés. Lors de son interview à la Radio Télévision Suisse (RTS), il souligne le climat de peur qui règne au Honduras ainsi que la situation critique des personnes migrantes décidant de fuir le pays. 

  • Ecouter l'interview de Yannick Wild à la RTS ici

Honduras : l'Etat le plus violent de la planète

Petit pays de 9 millions d'habitants, le Honduras, avec un taux annuel de 43 homicides pour 100'000 habitants, est pourtant considéré comme l'Etat le plus violent de la planète. Il existe, d'ailleurs, un véritable problème d'impunité au Honduras: 95% des crimes commis restent impunis. Les Maras, des organisations criminelles dont les membres sont principalement agés de 15 à 25 ans, sont responsables de la plupart de ces crimes. En effet, les rites de passage de ces organisations, lesquels permettent à leurs membres d'atteindre un niveau hiérarchique supérieur, consistent souvent en l'assassinat de personnes innoncentes, souvent, les membres les plus vulnérables de la société, à savoir les femmes et la communauté LGBTI. Pour Yannick Wild, les Honduriens décidant d'émigrer cherchent à fuire cette criminalité.

Des milliers de migrants ont fui le Honduras depuis octobre dernier

Une caravane de plus de 7000 migrants est partie de San Pedro Sula, considérée alors comme la ville la plus dangereuse du monde, pour tenter de rejoindre les Etats-Unis. Si, pour le président américain Donald Trump "de nombreux membres de gangs et de très mauvaises personnes se sont mélangés à la caravane" (Le Monde, 29.10.2018) se dirigeant vers la frontière sud des Etats-Unis, Yannick Wild affirme que la plupart de ses occupants sont des familles ou des jeunes cherchant à fuire les activités criminelles de leur pays. Ces derniers voyagent alors groupés afin de se protéger contre les menaces que représente un tel périple, entre autres, les enlèvements et les agressions sexuelles.