Aller au contenu principal

Honduras : assassinat d'une activiste trans

Honduras : assassinat d'une transactiviste
nc

Au mois de juillet, des inconnus ont attaqué un groupe de femmes trans depuis un véhicule, tuant la défenseuse des droits humains Scarlet Cambel.  PBI alerte sur la forte augmentation du nombre d'incidents violents au Honduras depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Le 10 juillet 2020, un groupe de femmes transsexuelles a été attaqué au milieu de la ville hondurienne de Tegucigalpa. Les auteurs conduisaient une voiture sans plaque d'immatriculation et ont tiré impitoyablement sur les  gens. La défenseuse Scarlet Cambel est décédée des suites de ses blessures par balle, alors qu'une autre femme a été blessée à la main. Scarlet Cambel était membre de l'organisation LGBTI Arcoíris et a critiqué les attaques menées par l'armée et la police dans une récente interview. Son meurtre s'ajoute à une longue liste d'attaques à l'encontre des femmes transgenres au Honduras.

Le Covid-19 intensifie la discrimination

Le réseau LGBTI Red Lésbica Cattrachas a enregistré plus d'une centaine de crimes contre les femmes transsexuelles depuis 2009. Depuis le début du couvre-feu le 16 mars 2020, PBI Honduras a déjà documenté plus de 15 incidents contre des femmes transsexuelles. Il s'agit notamment d'intimidations, d'agressions sexuelles, de menaces, d'arrestations arbitraires, de négligences médicales et de tortures. Les attaques contre les membres de la communauté LGBTI, en particulier les femmes transsexuelles, augmentent à un rythme alarmant. Il est particulièrement inquiétant de constater que, selon les témoins, les agresseurs sont souvent des agents de sécurité de l'État ou des agents de sécurité privés des centres de santé.

Les demandes de protection existent depuis longtemps

Selon l'Iniciativa Mesoamericana de Mujeres Defensoras de Derechos Humanos, 96% des crimes commis contre les personnes LGTBI au cours de la dernière décénie sont restés impunis. Les organisations qui travaillent pour la diversité sexuelle au Honduras se battent depuis 2003 pour obtenir la reconnaissance légale des identités adoptées par les personnes trans. Le manque de progrès conduit, entre autres, à une marginalisation continue de la population trans dans les domaines de l’éducation, de la santé et du travail - leur refusant ainsi leurs droits fondamentaux.

PBI exige que dans le cas du transféminicide de Scarlet Cambel, ainsi que dans d'autres cas restés jusqu'à présent impunis, la conduite d'une procédure régulière soit garantie. Cela comprend une enquête complète et impartiale visant à trouver justice et réparation pour les victimes et leurs familles. En outre, l'examen universel périodique (EPU) du Honduras par les Nations unies devrait prendre en compte la manière dont les personnes LGBTI peuvent être mieux protégées et leurs droits renforcés.

Informations complémentaires