Aller au contenu principal

Guatemala: un défenseur des droits humains acquitté à Izabal

Guatemala: un défenseur des droits humains blanchi à Izabal

Le défenseur des droits humains Eduardo Bin Poou a été acquitté le 3 mai 2019 de l'accusation d'appropriation illégale de terres dans une réserve naturelle. Toutefois, lui et d'autres membres des communautés de pêcheurs d'El Estor restent en captivité. 

Bin Poou a été arrêté en juin 2018 et est détenu depuis lors. L'activiste défend les droits des communautés de pêcheurs Q'eqchi d'El Estor dans le département d'Izabal. Les communautés autochtones sont privées de leurs moyens de subsistance par les activités d'une société de nickel dans la région, car l'extraction du métal pollue les eaux. En outre, les intérêts économiques de la région ont conduit à plusieurs reprises à l'expulsion violente de familles de pêcheurs. PBI accompagne les avocats de Bon Poou Francisco Vivar et Santiago Choc du Bufete jurídico de derechos humanos de Guatemala.

Le plaignant, la FundaEco Foundation for Ecological Development and Nature Conservation, a retiré sa plainte au motif qu'elle était "contre la criminalisation des activistes". La fondation avait accusé Bin Poou d'avoir incité la communauté d'Agua Caliente à Livingston, Izabal, à prendre des terres illégales dans une réserve naturelle. Bin Poou doit cependant rester en prison. Lui et quatre autres membres des communautés de pêcheurs sont accusés par le ministère public et la société minière guatémaltèque PRONICO, filiale de la société russe Solway, basée en Suisse, d'avoir menacé, incité à commettre des infractions, causé des dommages matériels et créé une association criminelle.

Lire également: Libération d'Abelino Chub Caal