Aller au contenu principal

Guatemala: L'ONU condamne la criminalisation de Bernardo Caal Xol

Guatenala: L'ONU condamne la criminalisation de Bernardo Caal Xol

Le Haut commissariat aux Droits de l'Homme des Nations Unies a réalisé une vidéo pour condamner la criminalisation de Bernardo Caal Xol au Guatemala.

Les experts des droits de l'homme de l'ONU ont exprimé leurs préoccupations au sujet de l'emprisonnement d'un dirigeant autochtone et défenseur des droits humains au Guatemala à la suite de l'opposition à un projet de barrage hydroélectrique. Bernardo Caal Xól, condamné en novembre à sept ans et quatre mois d'emprisonnement, représente les communautés q'eqchí' de la municipalité de Santa Maria Cahabón dans des actions en justice contre le projet de l'entreprise Oxec depuis 2015.

Voir la vidéo

Inquiétude de l'ONU

"La criminalisation de M. Caal Xól a été précédée de campagnes de diffamation virulentes dans les médias, le décrivant comme un criminel violent agissant contre l'intérêt de la nation ", a déclaré la Rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz, qui a visité le Guatemala en mai 2018 et l'a rencontré en prison à Cobán. "Lors de notre rencontre, M. Caal Xól a exprimé de sérieuses inquiétudes concernant sa sécurité personnelle en prison. Je demande instamment que sa protection effective soit assurée", a déclaré l'expert indépendant.

Le projet de barrage a démarré sans consultation et sans le consentement des communautés affectées et a eu un impact négatif sur l'environnement, les ressources naturelles, l'accès à l'eau et la santé des communautés q'eqchí', ont déclaré les experts.
En janvier 2017, la Cour suprême a ordonné la suspension temporaire du projet Oxec, ce qui a causé des pertes à l'entreprise, et en mai 2017, la Cour constitutionnelle a rendu un jugement reconnaissant le droit au consentement préalable, libre et éclairé des peuples q'eqchí' concernés.
En même temps que le dépôt des plaintes contre le projet hydroélectrique Oxec, M. Caal Xól a fait l'objet d'accusations criminelles portées contre lui par une filiale de la société Oxec et depuis janvier 2018, il est placé en détention provisoire.

"La condamnation de M. Caal Xól à plus de sept ans de prison pour détention illégale et vol aggravé d'une perceuse, d'une boîte à outils et d'un câble en fibre optique, semble exagérée et repose principalement sur des témoignages d'affiliés de la société Oxec. La condamnation du dirigeant q'eqchí' est une tentative apparente de réduire au silence et de discréditer l'exercice légitime des droits de la communauté autochtone", ont déclaré les experts. "Il ne s'agit pas d'un cas isolé ; de nombreux membres de communautés autochtones sont criminalisés au Guatemala pour avoir défendu leurs terres et ressources traditionnelles contre des projets de développement à grande échelle qui causent des dommages environnementaux. Nous rappelons que les enquêtes criminelles doivent être indépendantes et impartiales."

"Nous exhortons le gouvernement à assurer la protection effective des défenseurs des droits humains autochtones. Nous rappelons également que les entreprises ont la responsabilité indépendante de respecter les droits de l'homme, conformément aux Principes directeurs des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme", ont conclu les experts.

Voir aussi: