Aller au contenu principal

Déclaration de PBI à propos du message sur la coopération internationale de la Suisse 2021-2024

Palais Fédéral_ Parlement
sf

Le 2 mai 2019, le Conseil fédéral a publié son message sur la coopération internationale (CI) 2021-2024. Dans le cadre de la procédure de consultation, PBI a pris position sur l'orientation stratégique de la coopération internationale de la Suisse.

La Confédération a invité les parties intéressées à présenter leurs observations sur l'orientation stratégique de la coopération suisse au développement. Selon PBI, la priorité accordée aux discours économiques et par conséquent, les efforts faits par le Conseil fédéral pour lier plus étroitement la coopération au développement aux intérêts de la politique économique et migratoire de la Suisse, suscitent des inquiétudes.

En ce qui concerne l'orientation géographique proposée pour la coopération bilatérale au développement de la Suisse, PBI recommande vivement à la Suisse de poursuivre, au-delà de 2024, le soutien qu'elle a développé et élargi avec succès ces dernières années pour lutter contre la corruption et l'impunité et renforcer les droits humains en Amérique centrale (Amérique latine).

PBI recomande également:

1. Que dans l'analyse des besoins, l'orientation et l'utilisation des ressources de la CI, la Suisse soit guidée avant tout par les objectifs de lutte contre la pauvreté et les besoins de promotion des droits humains énoncés à l'article 54 de la Constitution fédérale pour les "Affaires étrangères".

2. Afin de garantir à long terme l'efficacité de l'engagement de la Suisse en faveur des droits humains en Amérique centrale et pour contribuer de manière substantielle au renforcement de l'Etat de droit dans cette région, des moyens financiers appropriés et une présence locale appropriée doivent être assurés. Le budget de la CI doit être augmenté globalement afin de satisfaire à l'exigence minimale inconditionnelle de 0,5 % du RNB. Toutefois, nous visons un quota de 0,7%.

3. L'objectif de porter l'aide publique au développement à 0,5 % du PIB n'est pas atteint. Afin de ne pas compromettre les résultats obtenus en Amérique centrale, les 0,05% manquants devraient rester en Amérique centrale et être utilisés pour des programmes visant à promouvoir l'état de droit et le respect des droits humains.

Plus d'informations: