Aller au contenu principal

Colombie: 15 ans après le massacre de San José de Apartadó

Massacre en Colombie - Un pèlerinage sur les lieux de l'événement
EG

Il y a 15 ans, l'armée colombienne assassinait huit personnes dans la communauté de paix San José de Apartadó. PBI était présent lors du pèlerinage sur les lieux des événements.

Le 21 février 2005, deux familles ont perdu la vie à San José de Apartadó au cours de violences militaires. Parmi les victimes se trouvait le leader de la Communauté de paix Luis Eduardo Guerra, sa compagne et son fils. 15 ans plus tard, le 21 février 2020, la Communauté de paix a organisé un pèlerinage sur les lieux historiques des événements, à savoir les hameaux de Mulatos et de La Resbalosa, où le massacre a eu lieu. Des membres de la Communauté de Paix ainsi que des représentants du corps diplomatique et des volontaires de PBI y ont participé.

La peur de l'expulsion

Aujourd'hui, la communauté craint qu'une partie de ses terres, classées par l'État comme des terres en friche, ne lui soit retirée. Il s'agit du village de la paix "Luis Eduardo Guerra", qui appartient à Mulatos. Trois mois après le massacre, des membres de la Communauté de paix y ont retrouvé les dépouilles de la famille de Luis Eduardo Guerra. Ils ont construit une petite chapelle en son honneur. Au fil du temps, ce lieu est devenu un lieu saint où se déroule le pèlerinage annuel et où se tiennent des réunions régulières. La terre de la Communauté de la paix est également riche en ressources naturelles et attire les intérêts économiques d'entreprises et de grands propriétaires terriens. Des panneaux portant des inscriptions telles que "Non à l'exploitation minière", "Air pur" ou "Droit à l'eau et à la vie" ont ainsi caractérisé le pèlerinage. Par crainte de nouvelles violations des droits humains, la Communauté de paix interpelle la communauté internationale, rappelle le massacre et espère que ce qui s'est passé ne se reproduira plus jamais.

Rejet des armes et de la violence

En 1997, la communauté s'est positionnée comme partie neutre dans le conflit armé entre les guérillas, les paramilitaires et les forces de sécurité de l'État, et rejette tout recours aux armes et à la violence. Par conséquent, elle se voit constamment exposée aux menaces et aux attaques, enregistrant 320 meurtres de membres de la communauté entre 1997 et 2017. Bien qu'elle ait demandé à plusieurs reprises protection et justice à l'État colombien, ce dernier n'a pas répondu. PBI accompagne la communauté de la paix depuis 1999.