Aller au contenu principal

Bilan de la journée de formation pour les personnes intéressées par une mission PBI

journée de formation
IA

Le 29 mai, PBI Suisse a organisé une journée de formation pour les personnes intéressées par une mission PBI à l'étranger. Malgré les restrictions dues au fait que la journée a été organisée virtuellement, il y a eu une bonne dynamique de groupe et des échanges stimulants entre les neuf participantes et les animatrices des ateliers.

Après un bref tour de table, Katia Aeby, directrice générale de PBI Suisse, a présenté l'organisation et son travail. Marilène Allemann, qui est rentrée récemment de Colombie, a témoigné de son expérience avec PBI sur le terrain. Ensuite, Ines Alfaro de PBI Suisse a animé un atelier sur le thème de la "Prise de décision par consensus", dans lequel les participantes ont également eu l'occasion de mettre en pratique cette méthode de travail de PBI en groupes. Le court-métrage "The Defenders" du cinéaste espagnol Manu Valcarce a clôturé le programme de la matinée et a montré de manière percutante le travail souvent très dangereux des personnes défenseuses des droits humains en Amérique latine et la manière dont PBI les soutient sur le terrain.

"Les témoignages d'anciens volontaires et de volontaires actuellement sur le terrain ont été très impressionnants et m'ont inspirée. Ils ont renforcé ma volonté de faire un jour une mission à l'étranger avec PBI" Sereina Simonis", participante et stagiaire à PBI à Berne

Après la pause déjeuner, Jessica García, ancienne volontaire de PBI au Guatemala, a donné un atelier sur la "Gestion du stress et de la sécurité" et a souligné l'importance d'une bonne santé mentale pendant une mission à l'étranger. Il a souligné qu'une telle mission représente souvent un défi non seulement physique, mais aussi psychologique. Après l'atelier, les participantes ont eu l'occasion de jouer à un jeu pour approfondir leur compréhension des principes de travail importants et chers à PBI tels que la non-ingérence, l'impartialité, la non-violence et l'indépendance. À la fin de la journée de formation, la volontaire suisse Anuja Pathak a fait une intervention en direct de sa mission au Guatemala à propos de son quotidien et de ses expériences sur place.

Plus d'informations: