Direkt zum Inhalt

Manuel Müller est parti pour Apartado en Colombie

Manuel Müller

Avant le voyage: Parcours et motivations

« La première pierre de mon engagement avec PBI a été déposée il y a 10 ans, lors d'un semestre à l'étranger dans un lycée mexicain. Dès lors, je me suis intéressé à divers mouvements sociaux et la situation des droits humains en Amérique latine. Mon travail de mémoire de Master, qui porte sur les processus collectifs des peuples autochtones du Guerrero au Mexique, m’a amené à me questionner sur les manières d'agir concrètement. Vivre avec des militant.e.s menacé.e.s m'a aussi montré les limites de leur marge de manœuvre et m'a motivé à devenir moi-même actif. Il a toujours été important pour moi de soutenir les processus locaux sans créer de dépendances ou dicter des marches à suivre. C'est pourquoi, je suis convaincu que la façon dont PBI fait la promotion des droits humains, sans influencer le travail des personnes qu'elle accompagne, est la bonne. Le principe de non-ingérence est fondamental pour moi. Je suis convaincu que la portée des luttes locales pour la justice, pour la paix, pour le respect et pour une vie digne doit être élargie sans imposer sa propre vision.

Découverte du terrain et premiers échanges

Depuis le début du mois de septembre, je suis en Colombie, à Apartadó, une petite ville entourée de bananeraies qui s'étendent à l'horizon. Après mon arrivée, j'ai dû m'habituer non seulement à la chaleur et à l'humidité extrêmement élevée, mais aussi au bruit des avions pulvérisateurs de pesticides chaque matin. Par hasard, mon arrivée coïncidait avec le 25e anniversaire de PBI Colombie. Durant ma première semaine de travail, au cours d'une merveilleuse célébration, j'ai eu l'occasion de rencontrer personnellement de nombreux défenseurs et défenseuses des droits humains. Maintenant, je suis heureux de pouvoir contribuer activement à leur sécurité et donc à la promotion des droits humains en Colombie au cours de ces prochains dix-huits mois. »